Lazarus – tome 5 : Génocide Programmé

Lazarus - tome 5 : Génocide Programmé

De quoi ça parle ?

Nous avons résumé le thème de la série Lazarus dans cet article, on y voit des « lazares », sorte de super-soldats intégrés aux grandes familles capitalistes qui dominent le monde, aider celles-ci à étendre leur territoire.

Avis sur le tome 5 : Génocide Programmé

Suite à des dégâts subis sur le champ de bataille, Forever est hors-service et il lui manque même une jambe. C’est donc Sonia Bittner qui va prendre sa place sur le terrain, et Johanna Carlyle qui dirige la famille en l’absence de son père, toujours malade.
Et puis il y a a aussi le problème de « Huit », la jeune Forever dont on essaie de cacher l’existence, pour ne pas perturber son clone adulte. Celle-ci doit se ré-éduquer mais la famille Carlyle en profite aussi pour essayer de la rendre plus docile, ce qui ne va pas dans les intérêts de tout le monde. Lui cacher la réalité sur sa condition ? Ou tout lui dévoiler, quitte à lui apprendre qu’on lui a toujours mentis ?
Tandis que la guerre fait rage et que chaque famille envoie son lazare sur les endroits stratégiques, les masques tombent et le double-jeu reprend, chacun essayant de prendre le pouvoir, y compris en interne. D’autant que l’état du père Carlyle s’améliore, et que des dissensions apparaissent entre lui et Johanna.

Lazarus - tome 5 : Génocide Programmé

Le récit de Greg Rucka avance toujours impeccablement dans ce nouveau tome, qui voit les illusions de Forever se dissiper, tandis qu’elle rage de ne pas être opérationnelle. Et qu’il se pourrait bien que sa meilleure alliée devienne, contre toute attente, Johanna. A moins que ce ne soit encore une nouvelle trahison ? Même à travers son jeune clone, Rucka nous montre sa personnalité, et notamment son attachement à la famille qui l’utilise pourtant comme une arme de guerre.
Les dessins de Michael Lark sont toujours aussi réussis, avec un mélange de réalisme dans les traits des personnages, et d’anticipation dans les armures ou les scènes de combat particulièrement sanglantes, de ce futur proche qu’il sait rendre glaçant. A noter que l’encrage de Tyler Boss et les couleurs de Santi Arcas renforcent cette atmosphère.
Jeux de dupes, trahisons, manipulations et combats sanglants sont au menu de ce nouveau tome, qui se termine sur une touche douce-amère.
Editeur : Glénat
Collection : Comics
Date de sortie : 19 avril 2017
Pagination : 160 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :