Alien Covenant

 

Réalisateur: Ridley Scott
Date de sortie: 10 mai 2017
Acteurs: Michael Fassbender, Katherine Waterston, Billy Crudup

Alien Covenant est la suite de Prometheus, sorti en 2012 de Ridley Scott, avec Michael Fassbender dans le rôle de l’androïde David.

La mission du vaisseau Prometheus avait très mal tournée, ne laissant comme seuls survivants qu’Elizabeth Shaw et David. Ces derniers prenaient la fuite de la planète LV-223 à bord d’un vaisseau des Ingénieurs. L’action de Alien Covenant se déroule 10 après, soit en 2114, la terre n’ayant plus aucune trace du Prometheus. Le vaisseau Covenant (« Contrat » en français), se dirigeant vers une planète située au fin fond de notre galaxie dans le but de la coloniser, capte par hasard un signal émanant d’une planète inconnue qui a l’air hospitalière et décide de s’y rendre. L’équipage du Covenant est composé de 15 membres dont un androïde, et d’une « cargaison » de 2000 colons et de milliers d’embryons. C’est un énorme vaisseau de colons destinés à aller habiter une planète lointaine. Bien entendu, le vaisseau va aller faire un tour sur une planète-non-prévue-au-départ-et-sur-laquelle-il-faut-aller-voir-ce-qui-se-passe-car-il-y-a-un-signal-bizarre-qui-en-émane (ça vous rappelle rien ?), tout va vite dégénérer.
L’androïde prénommé Walter est le sosie de David, offrant ainsi à Michael Fassbender un double rôle dans lequel celui-ci est très convaincant. Le physique assez froid de l’acteur convient parfaitement à celui d’un androïde. La démarche même de l’acteur est adaptée à un robot (il aurait très bien pu faire un Terminator ou un machin du genre). Les autres acteurs sont plutôt insignifiant par rapport à lui. Même Katherine Waterston est pâlichonne et peu charismatique et n’arrive jamais à la cheville de Sigourney Weaver alias Ripley, dont elle aurait pu se rapprocher (était-ce voulu ?).
Alien Covenant Fassbender
Le scénario du film tourne volontairement autour des androïdes David / Waltern et apporte beaucoup de réponses attendues depuis la fin de Prometheus. Le film tient en haleine pendant 2 heures même s’il y a quelques longueurs. Il est cependant plus tourné vers l’action que ne l’était Prometheus. Le titre du film a d’ailleurs repris le mot Alien dans son intitulé montrant ainsi clairement le sujet du film. Prometheus centrait essentiellement son sujet sur les Ingénieurs alors que dans Covenant ils sont relégués au second plan voire au troisième. La compagnie Weyland a également peu d’importance dans ce film en comparaison des autres films de la série, avec juste l’introduction et un bref clin d’oeil qui y font référence. Le scénario offre peu de réelles surprises, on devine facilement ce qui arrive, ce qui est assez dommage pour un film de ce style. Les personnages ont toujours tendance à faire des groupes de 1 comme souvent dans ce genre de film et à agir de façon inconsciente. Vous établiriez un périmètre de défense dans une zone couverte d’herbe de 1.5 mètres de haut la nuit alors que vous avez 30 mètres plus loin un espace dégagé bien éclairé par un grand feu de machine ?
Au niveau visuel, le film est très réussi. Les scènes dans l’espace sont esthétiquement très réussies. Les vaisseaux sont très design même si technologiquement parlant ils sont beaucoup plus avancés que ceux du premier film Alien se déroulant après (c’est souvent le cas dans les préquels). Les décors sont fidèles à l’esprit de H.R. Giger, on peut aussi signaler le clin d’œil des dessins réalisés par David. La grande réussite du film reste le xénomorphe, toujours aussi flippant et impressionnant même après autant de films et d’années. Il est d’ailleurs bien plus tonique que le xenomorphe du premier alien, se déplaçant très rapidement comme l’alien du troisième opus.
Alien Covenant xenomorphe
Côté réalisation, même si Ridley Scott s’en tire bien, on ne retrouve à aucun moment l’aspect angoissant du premier Alien, ou même du troisième qui jouait sur le même aspect huis-clos. A aucun moment, le film ne fait peur ni sursauter. La scène se déroulant la nuit avec les petits xénomorphes est même assez mal filmée, on ne comprend pas bien ce qui se passe, les actions étant beaucoup trop rapides. Le reste du film est après beaucoup plus clair sans vraiment surprendre. Les scènes en images de synthèse sont belles mais assez froides. Il est à noter que la planète ressemble en tout point à ce que l’on pouvait voir dans la première scène de Prometheus, ce qui devient très clair à partir du moment où l’on a vu le film.
Alien Covenant s’inscrit beaucoup plus dans la lignée Alien que Prometheus. Le xénomorphe est à nouveau au centre du film qui est plus tourné vers l’action. Le film apporte son lot de questionnement notamment par à la notion créateur / créature. Visuellement, c’est très beau, et le film se laisse regarder. Cependant, il n’y a aucune originalité et l’angoisse n’est pas vraiment au rendez vous. Dans la saga Alien, chaque réalisateur avait marqué son film par quelque chose de nouveau tant côté réalisation que scénario. Avec Covenant on a un peu l’impression que Ridley Scott tourne en rond reprenant parfois des scènes des précédents films.
 
A lire aussi sur le blog :
 

Critique du film Alien, le 8ème passager

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :